Saint Dominique

saint-dominique-matisse-1951Ce saint, fils de Félix de Guzman et Jeanne d’Asa, naîtra en 1170 au château de Caleruega près de Silos en Vieille-Castille. L’enfant recevra le nom de Dominique en l’honneur d’un saint abbé de l’abbaye voisine de Silos, mort un siècle auparavant.

Devenu chanoine d’Osma, Dominique accompagnera son évêque Diego dans ses voyages et se rendra en Languedoc à plusieurs reprises. Il y constatera les dégâts causés par l’hérésie cathare. Diego et Dominique, se rendant auprès d’Innocent III afin d’obtenir l’autorisation d’évangéliser les Cumans d’Ukraine, recevront l’ordre du pape d’assister les cisterciens qui tentaient de rechristianiser les Albigeois.

Dominique fondera à Prouille, en 1206, un monastère destiné à accueillir les jeunes filles tentées par les « maisons des parfaites », les futures dominicaines. Dominique, entouré de prêtres instruits, prendra la tête de la mission et développera un oeuvre de prédication et de pénitence. Ils organiseront de longs débats contradictoires avec les Cathares et s’imposeront une vie austère contrastant avec le faste des légats pontificaux. L’apostolat de Dominique parmi les Cathares et les Albigeois échouera.

Le jeune ordre bénéficiera malgré tout de l’approbation de l’évêque de Toulouse, puis celle d’Innocent III que Dominique rencontrera à Rome lors du le IVème concile du Latran. Honorius III, successeur d’Innocent III décédé en 1216, confirmera le nouvel institut et autorisera l’ouverture du premier couvent à Rome. Dominique prêchera le Carême à Toulouse en 1219, puis installera un couvent de ses religieux rue Saint-Jacques, d’où leur surnom de « Jacobins ». Il retournera ensuite en Italie et s’installera à Bologne où il décédera le 6 août 1221.

Le pape Grégoire IX le fera canoniser le 3 juillet 1234 et fera lever son corps de terre afin de l’exposer à la vénération des fidèles. L’héritage intellectuel de Dominique permettra de faire passer le nombre de docteurs en théologie de 25 à sa mort en Europe, à 700 un demi siècle plus tard. Le saint sera vénéré dans toute l’Italie, en Espagne et dans le sud de la France.

Le successeur de Dominique, Jourdain de Saxe, racontera que sa mère enceinte rêvera de donner naissance à un petit chien tenant dans sa gueule une torche allumée avec laquelle il embrasait le monde entier. Ce chien porteur de torche deviendra le symbole de l’ordre que fondera Dominique et donnera lieu à un jeu de mots sur « dominicanes » (chiens du seigneur ou dominicains). De nombreux miracles seront attribués au saint durant sa prédication, notamment la résurrection d’un jeune homme mort d’une chute de cheval et le sauvetage de pèlerins qui allaient se noyer en tentant de traverser la Garonne pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Prédications, conférences, expositions, Rosaire